Présentation du projet

Euroculture en Pays Gentiane

Kafka, une source d’inspiration

« Equinoxe » est un projet de création et de coopération culturelle. Il s’agit de l’un des deux projets français sélectionnés dans le cadre de l’appel à projet Europe-Mexique 2011 « coopération avec un pays tiers » du Programme Européen Culture 2007-2013.

Dans ce cadre, plus d’une vingtaine d’artistes professionnels (chanteurs, musiciens, danseurs, acteurs, techniciens, mexicains), hongrois, slovaques et français se sont engagés à travailler pendant 24 mois pour concevoir, réaliser et diffuser, un spectacle qui adapte Amerika, le premier grand roman, d’un des plus importants auteurs du 20ème siècle : Franz Kafka. Ce projet s’inscrit dans la continuité du travail d’adaptation du Château, entrepris en 2010 par Laurent Festas et le compositeur Karol Beffa.

Le Château fut écrit en 1922, alors que Kafka se savait condamné. Il révèle une civilisation occidentale ne pouvant échapper à l’absurde de codes et fonctionnements aussi désuets qu’inéluctables hérités de périodes dont les valeurs et les croyances se sont effondrées, paralysant toute forme de transcendance. Amerika, aussi connu sous le titre Le Disparu (Der Verschollene), est moins sombre et demeure une tentative de la part de Kafka de se projeter dans un exil vers les Etats-Unis, qui apparait finalement comme le pays d’une justice aux frontières incertaines et une alternative peu attrayante de renouveau de la civilisation européenne. La première image du roman est à cet égard bien sûr frappante : la statue de la liberté à New York ne brandit plus son habituel flambeau mais un glaive.

Un projet à dimension européenne et transatlantique

La frontière qui se déplace sans cesse vers le Sud entre « l’Europe » et l’Afrique du Nord ou la Méditerranée renvoie aujourd’hui à celle entre le Mexique et les Etats-Unis. Ces problématiques migratoires, identitaires, socio-économiques et culturelles, sont un des enjeux de notre époque et, autour d’elles, se dévoilent les fondements et le cœur de notre humanité. La transposition, qui s’appuie sur des témoignages originaux de migrants du Sud du Mexique vers les Etats-Unis, met à distance un contexte euro-méditerranéen qui doit affronter cette question, a fortiori, après le Printemps arabe.

Dans le cadre de ce projet européen, notre ambition est de renouveler la contribution d’artistes parfois situés dans des secteurs qui ne sont pas les grands centres urbains d’Europe et du Mexique mais qui témoignent de la complexité des enjeux actuels et veulent, de Hongrie, de Slovaquie, de France et du Centre du Mexique, ouvrir la voie à de nouvelles esthétiques métissées et chargées de sens.

Synopsis

Entre les deux romans de Kafka – Le Château et Amerika – se dégage une symétrie, la figure du jeune migrant Karl Rossmann rappellant celle de « l’arpenteur » ou de « l’artiste-vagabond » K. du Château. Il en est de même pour nombre des personnages, ceux du Château étant vieillis, affaiblis, malades ou estropiés. Amerika et son voyage imaginaire au cœur des Etats-Unis, entrepris en 1913, inachevé et publié après la mort de Kafka en 1924, décrit ainsi les errements de Karl Rossmann, jeune émigrant allemand de 17 ans, tour à tour adopté puis rejeté sans véritables motifs par son riche oncle, le sénateur Jacob, partant sur les chemins avec deux jeunes hommes à la dérive nommés Robinson et Delamarche.

Karl, en quête d’ascension sociale, finit par obtenir le poste de liftier de l’Hôtel Occidental (renvoyant au Château du Comte Westwest), avant d’être renvoyé par la faute de Robinson lorsque celui-ci, saoul, vient lui demander de l’argent en plein service. Karl rejoint de nouveau et contre son gré Robinson et Delamarche au service d’une cantatrice — figure allégorique, exubérante et difforme —, Brunelda, pour qui Karl travaillera sous la contrainte. Il finit par s’enfuir et répondre aux sollicitations du Grand Théâtre de l’Oklahoma. Là, il est engagé après une longue, étrange et surréaliste procédure comme agent technique. Lorsque le récit se termine, il vient de prendre place à bord d’un train fantôme pour rejoindre ses nouvelles fonctions, empruntant de vastes et ténébreuses vallées…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s